Recherche










Survivre en marathon tango

par le

Vous avez enfin trouvé un partenaire, réussi à vous inscrire 6 mois à l'avance, le Airbnb est réservé, plus qu'à lire ces 5 conseils avant d'en profiter !

Qu'est-ce qu'un marathon tango ? 

Il s'agit d'un événement tango qui dure souvent tout un week-end. La musique commence le vendredi soir et s'arrête le dimanche soir avec quelques pauses pour dormir entre environ 6h du matin et 14h le lendemain. Entre temps, les DJs se succèdent, ne laissant que ces quelques heures de répit aux danseurs. Au contraire des festivals, il n'y a pas de cours ou de démo de maestros, les participants sont là pour danser "All Day Long"! Parfois, les repas sont compris dans l'événement ce qui permet de se laisser aller complètement aux petits soins des organisateurs. Ces événements permettent donc d'assouvir sa soif de tango jusqu'à l'épuisement total ! Voici 5 conseils pour tenir le choc.

 

1. Bien manger

J'ai souvent remarqué que la qualité de ce qu'il y a dans l'assiette reflète le succès d'un marathon. En effet, de la bouffe dégueulasse peut entrainer une mauvaise humeur et un inconfort digestif. Quant à manger en quantité insuffisante, ça entraine logiquement la faim. Au final, on se retrouve avec des danseurs grognons qui rentrent au Airbnb dès 1h00 du matin faute de carburant.

Alors, même si les repas ont été payés avec le marathon, notre corps reste de notre responsabilité et s'offrir un resto peut sauver notre journée. Les marathonien(ne)s, les vrai(e)s (qui font 42km en courant), consomment régulièrement quelques fruits secs (séchés et à coque) pour avoir de l'énergie tout au long de l'effort. Pensez à apporter votre Tupperware de secours en milonga !

 Passé 23h00 quand je n'ai pas assez mangé

 

2. Trouver son rythme

J'ai longtemps été persuadé que faire une sieste avant la milonga du soir était LA solution pour bien profiter du soir. Le souci c'est qu'après avoir bien mangé et dormi 1h30 il est difficile de se sortir la tête du cul et le cul du brouillard. Mon corps tout rouillé avait du mal à repartir après un après-midi bien rempli pour danser 4h et me le faisait payer. 

Maintenant, je préfère ne pas faire de sieste et je me repose avec des étirements, un bon bouquin et ça ne m'empêche pas de faire la fermeture de la milonga du samedi soir. Ce conseil n'est pas universel et chacun doit trouver sa combinaison entre les phases de repos et de danse pour trouver son rythme.

 

3. Prendre soin de son corps et de ses pieds

Le marathon est éprouvant ! S'étirer régulièrement entre les milongas, ça fait un bien fou ! J'ai pu expérimenter des cours de yoga qui étaient offerts avec le marathon du Fata Morgana après le brunch. J'avoue avoir senti mon corps se délier et s'épanouir malgré l'effort et le manque de sommeil. J'étais aussi mentalement plus ouvert et détendu.

En plus des étirements, il faut penser à boire beaucoup et pas que du thé / café, encore moins du pinard ou des cocktails qui déshydratent ! Compte tenu du nombre de pivots et de rotations infligés aux articulations, le risque de tendinites est bien présent. Pour récupérer après la milonga seule l'eau permettra d'éviter les courbatures. A ma grande tristesse, les bienfaits de la bière après l'effort est un mythe : c'est hélas un diurétique et l'alcool qu'elle contient perturbe le sommeil.

Enfin, à la base de notre confort, nos pieds méritent un traitement de faveur : étirement et massage à l'huile leur rendront le sourire. Comme pour la randonnée, il faut protéger ses petons avant d'avoir mal car à ce moment là c'est trop tard : si la douleur est présente c'est que les ampoules sont déjà là ! Alors, pour passer un marathon sans souffrance, autant poser une Compeed ou du Strappal dès qu'une sensation de chaud ou de frotement se fait sentir.

Petite astuce de maman : se préparer une petite trousse à pharmarcie avec du Doliprane, du Strap' ou Compeed, du baume du tigre ou de l'huile essentielle de Gaulthérie couchée (plus naturel et qui marche bien).

Petit stretching tous les soirs avant de se coucher !

 

4. Emporter plusieurs paires de chaussures  

Emmener plusieurs paires différentes permettra de reposer ses pieds, mais aussi son dos. Ce conseil est assez évident pour les danseuses qui sont habituées à jongler avec différentes hauteur de talon mais s'applique aussi aux Messieurs. Quelques centimètres en plus ou en moins modifie la posture du danseur et peuvent soulager les pieds, les jambes et même le dos. 

Et puis comme vous ne connaitrez pas à l'avance l'état du sol où vous allez danser, autant en amener plusieurs paires pour éviter de rester collé au sol ou de glisser dans tous les sens sur ce p*%?°n de parquet vitrifié.

Quand je pars pour 3 jours de marathon

 

5. Prendre son lundi

Après avoir dansé tout un week-end, s'être tapé des centaines de pivots, s'être transformé en bombonne d'endorphine et brulé des milliers de calories, il n'y a rien de mieux que de se prendre un day off. Surtout qu'il va aussi falloir se coltiner le trajet du retour. Il serait dommage de briser le petit nuage sur lequel vous vous trouvez en retournant directement au boulot, non ?

Et puis il y a surement des trucs à visiter dans le coin ou vous vous trouvez ? On est pas des sauvages hein  ! 

Personne ne devrait subir un lundi post-marathon 

 

Maintenant, je sais que vous pourrez partir sain et sauf. Un prochain article sera donc dédié à l'invitation en marathon.

 

Et vous avez vous des astuces de scouts à partager pour bien vivre vos événements tango ?