Recherche










Conseils DJ : Le matos

par le

Diffuser de la musique dans un bal de tango nécessite un peu de matos pour avoir un son correct et travailler confortablement et sans stress.

En tant que DJ occasionnel je me garderai bien de donner des conseils pour monter une tanda, gérer un bal ou même comment optimiser finement son rendu sonore. J’espère que des DJs chevronnés pourront aider la communauté en proposant leur vision du Dj-ing. En revanche en tant que technicien, je peux donner un coup de pouce à ceux qui ne sauraient pas par où commencer.

1. L’ordinateur

Bonne nouvelle, que ce soit sur Mac ou sur PC, la plupart des logiciels de DJ-ing fonctionnent aussi bien sur l’un comme sur l’autre. Le Mac n’a aucun avantage technique sur le PC pour diffuser de la musique dans un bal de tango, les architectures étant identique depuis 2006 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Transition_d'Apple_vers_Intel). Il est aussi possible d’avoir un ordinateur sous linux pour musicaliser, il faudra alors être un petit peu bidouilleur, mais il n'y là rien d'insurmontable.

Avant de faire quoi que ce soit, il va falloir commencer par désactiver les sons systèmes qui pourraient déconcentrer les danseurs et faire une simulation en laissant tourner la musique sur l’ordinateur pour vérifier qu’il ne sera pas en surchauffe pendant le set du DJ même s’il ne dure que 10min. Je parle en connaissance de cause, sur mon petit notebook un peu vieillot, le son se met progressivement à ramer au fur et à mesure que l’ordinateur ralentit et il chauffe jusqu'à ce que le son soit inaudible. Découvrir le problème en plein bal, c'est moche ;) .

L’ordinateur portable, c’est pratique : c’est tout en un, compact et facilement transportable. Mais il y a un problème : comment réussir à miniaturiser toujours plus les composants, tout en proposant un prix attractif et conserver un son potable ? Et bien ça n’est possible que sur certains ordinateurs spécialisés, mais la proximité des composants électriques entre eux couplé aux besoins de diminuer les coûts font que son à la sortie d’un ordinateur sera au mieux “bof”.

Pour faire court tout ordinateur portable, peut importe le prix et la marque, délivre un son dégueulasse à la sortie de la prise jack. C’est pourquoi nous allons aborder le deuxième point.

2. La carte son externe & le casque de pré-écoute

Pour moi il s’agit d’un incontournable ! La carte son se branche sur le port USB de l’ordinateur et permet de profiter d’une qualité décente. Même en tant que non-spécialiste du son la différence est flagrante à l'écoute, surtout au casque. Mais il y a aussi d’autres avantages !

Certains modèles proposent une prise casque permettant, à l’aide du logiciel adéquat, de pré-écouter le morceau suivant. Pendant que la tanda se joue sur mon ordinateur, je peux confectionner avec soin la suivante. Une fois qu’on y a goûté on ne peut plus vraiment plus s’en passer.

Pour choisir sa carte son, je conseille de privilégier un modèle compatible avec votre système d’exploitation et linux (même si vous ne comptez jamais l'utiliser). Cela signifie qu'il y a des pilotes libres et que vous pourrez toujours utiliser votre matériel soit sur linux, si votre ordinateur est vieillissant, soit sur une version plus avancée système d'exploitation, le travail des développeurs étant nettement facilité pour mettre à jour les pilotes.

Relié à la carte son, le casque permettant la pré-écoute peut être choisi pour se faciliter la vie. Un casque externe avec réduction de bruit passive et active permettra de filtrer le son de la milonga. Vous pourrez ainsi mettre le volume moins fort pour couvrir les sons environnants et vos petites oreilles s’en porteront bien mieux !

Le cas le plus utile c’est quand le bal à lieu dans un bar où le dj se trouve souvent à coté de l’enceinte diffusant le son (par manque de place et de longueur de cable). Le son est alors poussé fort pour couvrir le bruit des clients en train de siroter leur binouse au comptoir et le DJ doit pousser encore plus le volume pour pré-écouter ses morceaux. Sans un casque bien isolant le DJ expose ses oreilles à un volume sonore bien trop important.

3. La table de mixage

Elle permet au DJ d’effectuer des réglages de son facilement avec ses potentiomètres (les faire sur un logiciel de DJ-ing avec une souris est aussi agréable que de lacer ses chaussures avec des moufles).

De plus, elle permettra d’augmenter et diminuer facilement le son lors des cortinas.

Sur certains modèles il est possible d’avoir plusieurs sorties ce qui permet de brancher plusieurs enceintes auto-alimentées : utile pour une milonga sauvage avec un son mieux réparti.

La table est la plupart du temps fournie dans la salle qui accueille la milonga. Mais il peut être intéressant d’investir une cinquantaine d’euros si l’on souhaite musicaliser en plein air ou dans un bar avec une sono portable.

 

cables

 

Et voila, une fois l’ordinateur branché à sa multiprise, avec sa carte son externe reliée à un casque et à une table de mixage, elle-même raccordée à un ampli : il y a des câbles partout et on s’est quelque peu éloigné de la philosophie Feng Shui. Qu’importe, on a tout ce qu’il faut pour mettre le feu aux planchers. Tout vraiment ? Il ne manquerait pas un petit logiciel pour gérer la musique ? Vous en saurez plus en lisant cet article.