Recherche










Les P'tits Profs de tango

par le

Les P'tits Profs ramassent les commentaires aigris par camion benne. Est-ce bien mérité ?

J'ai été "un P'tit Prof". J'ai commencé à enseigner le tango très tôt, après seulement 3 ans de pratique. Dans un premier temps j'ai endossé le traditionnel rôle de l'assistant quasi muet, véritable homme de l'ombre agissant auprès du Prof Titulaire pour que chacun réussisse à faire ses croisés et ses ochos. Puis je suis devenu professeur à part entière et j'ai aussi ensuite monté mon association de tango. Pourtant, même aujourd'hui les commentaires sur les petits nouveaux me font mal aux oreilles, probablement parcequ'après 4 ans d'enseignement je me considère toujours comme tel !

Du coup, j'avais envie de tordre le cou à quelques idées reçues :

 

"Les petits profs commencent à enseigner trop tôt !"

Pas d'accord ! Que savons-nous vraiment de leur capacité d'enseignement ? Ce sont peut être des gens qui ont la pédagogie dans le sang et qui sont déjà formateur à leur travail ou dans d'autres domaines. Peut-être ont-ils des méthodes issues d'autres disciplines (arts martiaux ? yoga ? gyrokinésie ? combat de pouces ?) et qui poutrent sévère !

J'ai déjà vu des maestros internationaux aller à des cours de professeurs talentueux bien moins connus qu'eux... Certainement pour récupérer du matériel pour leur propre enseignement, alors ? Malins !

Bref, comme disait ma grand-mère en essayant de me faire manger des rognons : "Si tu n'as pas gouté, tu n'as pas le droit de dire que c'est mauvais !".

"On essaie avant de juger" - Mamie (1985)

 

"Ils enseignent n'importe comment !"

Pas d'accord ! Le P'tit Prof est souvent un passionné qui bosse la journée et claque ses salaires dans des marathons et festivals aux 4 coins de la planète. Il cherche à danser avec différentes personnes, apprendre et découvrir d'autre façons de voir les choses. Ils suit des cours avec divers maestros à qui régulièrement ils va poser des questions puis il ramène ces nouvelles découvertes dans son enseignement. Nos P'tits Profs ont encore l'énergie d'aller remettre en question leurs techniques et leurs fondamentaux là où (certains) "vieux profs" abandonent leur recherche.

De toutes façons, le tango bouge et évolue régulièrement, et par conséquent une personne qui voyage pour danser et apprendre est naturellement formée à la technique tango.

 

"Leurs élèves foutent le bordel sur la piste !"

Je suis d'accord. Comme tous les débutants en fait. Vous vous souvenez de la première fois où vous vous êtes lancés sur la piste ? Pour moi c'était aussi facile que de faire un créneau en écoutant la musique à fond entouré de toutes une panoplie de voitures qui se déplacaient en même temps que moi. Ma prof', aussi douée soit-elle, ne pouvait rien faire face à une capacité spatiale déplorable. Seul des dizaines (centaines ?) de milongas m'ont permis de m'améliorer. 

Quand j'apprenais à circuler en milonga

 

Les profs ne peuvent que sensibiliser leurs élèves aux problèmes de circulation et apporter des réponses qui nécessiteront ensuite plusieurs heures de pratique avant d'êtres intégrées. Que l'on soit élève d'un prof reconnu ou d'un P'tit Prof, tout le monde part sur un même pied d'égalité.

 

Quand tu commences à savoir circuler comme un boss

"Ils ne dansent pas assez bien pour être professeur !"

Nope ! Dans un cours de tango ce sont les capacités d'enseignement qui priment sur la qualité de la danse. Mais en disant qu'un P'tit Prof danse mal, sommes-nous vraiment impartials ? Serions-nous parfois un peu jaloux du fait qu'ils aient osé proposer des cours de tango alors que nous-même n'osons pas ? 

Jaloux ? Mouaaa ? Naaaaaaan ...

Le tango permet à tout un chacun d'enseigner sans aucun diplôme et c'est une bonne chose pour la diversité de l'offre de cours. Mais pour pouvoir enseigner, il faut obtenir le graal de la légitimité : soit aller la chercher auprès des autres, soit la trouver au fond de soi. Dans le premier cas, un prof reconnu la donne à un petit nouveau en lui confiant les clefs d'un cours débutant par exemple. Mais dans ce cas, pourquoi douter d'eux ? Et dans le second cas, s'ils montent eux-même leur association ou leurs cours, je peux vous assurer pour l'avoir vécu qu'il faut pas mal de travail pour porter leur projet et la capacité à prendre des risques. Et cette démarche constitue en soi une forme de légitimité car il faut un certaine dose de courage pour animer un cours à ses débuts : c'est impressionnant, on a peur que les éleèves désertent par manque d'intéret, on doute de ses capacités à transmettre ce qu'on a compris.

 

"C'est le prof qui fait l'élève"

 

Pas nécessairement d'accord. Pour moi, un prof c'est surtout quelqu'un qui va révéler le potentiel de ses élèves. Il n'est donc pas si important qu'on veut parfois le croire. Il n'est à mon avis qu'un maillon dans la chaine du succès de ses élèves. Ce sont eux les vrais acteurs de leur réussite ! Le prof n'est pas une sorte de super gourou tout puissant ! A aucun moment il n'a le pouvoir de transformer un élève qui se croit dans Fast & Furious en milonguero exemplaire ou encore d'emmener par la peau des fesses ses élèves en milonga.

En revanche, il a le pouvoir de captiver ses élèves, de les motiver et de leur donner envie d'apprendre la finesse du tango. Et ça, n'importe quel P'tit Prof motivé peut y arriver !

 

Alors, avons nous vraiment quelque chose à perdre à donner leur chance à nos petits profs ? Allez les P'tits Profs, lancez-vous et faites bouger le tango !