Recherche










Tango et confiance en soi

par le

Anxiété, tensions, dévalorisation et arrogance sont les conséquence d'un fléau des milongas : le manque de confiance en soi !

Le tango peut être source de grandes gratifications mais aussi mettre à rude épreuve notre estime de soi. Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à retrouver la confiance en milonga.

Arrêter l'autoflagélation

Parfois, il n'est pas facile de danser : un deuxième pied gauche vous a poussé pendant la nuit, vos épaules ont décidé de vivre leur propre vie de leur côté ou bien vous avez l'impression d'avoir échangé votre créativité avec celle de votre table basse. Dans ces cas là, il est tentant de piétiner méthodiquement les derniers morceaux de votre égo resté agonisant sur la piste.

Mon égo

Mon égo après une milonga pourrie

Pourtant il peut être intéressant de voir un peu plus loin que ce bal merdique où vous avez envoyé vos danseuses dans les murs ou planté vos talons dans les mollets du voisin (qui n'avait rien à faire là de toute façon) : il s'agit probablement d'une phase de progression ! Pour avancer il faut parfois déconstruire ce que l'on sait et cela passe par une phase de stagnation, puis de régression. Cette phase durera toujours bien trop longtemps, il ne faut donc pas se décourager, quelque chose va surement naître de ces échecs !

 

S'inspirer : oui, se comparer : non !

Dans "Le manuel du parfait petit masochiste", Dan Greenburg propose, pour être bien malheureux, de se comparer à Mozart qui a 11 ans avait déjà composé deux opéras. Ca fait mal et c'est inutile, alors pourquoi le faire en bal ? 

Se comparer aux autres tangueros sera toujours une source de complexes. Les autres danseurs auront des talents que vous n'avez pas, mais vous avez des qualités différentes qu'ils vous envient peut-être.

C'est particulièrement vrai pour les débutants qui ont l'impression "de ne rien savoir", même par rapport aux autres novices des autres cours de tango. Les pédagogies de différentes écoles sont différentes et par conséquent les connaissances des élèves aussi. Elles ne valent pas moins que celles des autres, elles sont justes différentes.

 

Ne pas s'imaginer ce que pensent les autres

C'est la dure réalité : vous avez peut-être sorti votre dernière jupe crayon ou votre plus belle chemise à jabots, les autres danseurs ne vous regardent pas forcément danser. Ils papotent, ils sirotent une bière et jettent parfois un coup d'oeil sur la piste pour trouver des "targets" potentielles mais cela ne constitue pas des jugements. A partir du moment ou vous ne faîtes pas mal à votre partenaire et que vous répondez quand on vous dit "Bonjour", les autres danseurs seront bienveillants.

De même, une fois dans la danse, ne vous dites pas que vous faites n'importe quoi : la personne avec vous dans l'abrazo n'est pas dans votre tête et ne peut pas savoir si vous vous êtes plantés... sauf au moment où vous avez tenté une saccada qui lui est arrivée dans les côtes, ou lors d'un gancho improvisé dans les tibias. 

Reprendre confiance en soi sans abaisser les autres 

Pour renforcer son estime de soi deux techniques s'opposent : soit en essayant de gagner en confiance, soit en rabaissant les autres : technique aussi utile que le 4ème album d'Otros Aires, elle a la fâcheuse tendance à pourrir aussi bien la vie de celui qui critique que de celui qui l'écoute.

Autant essayer de faire taire la petite voix qui dénigre la coupe mullet de René et les gants en dentelles de Mireille, et on sourit jusqu'à changer d'état d'esprit. Si si, ça marche : sourire rend heureux et en plus c'est contagieux ! A lire sur le sujet: Le bonheur est un choix (Huffington Post).

sourire forcé

 

Tolérer son propre état

Et si l'idéal était d'accepter de ne pas avoir confiance en soi et de ne rien changer ? Après tout, votre faible assurance vous a peut-être déjà sauvé la vie les fois où elle vous a empêché de vous lancer habillé d'une cape de wingsuit faite en sopalin, du haut de la tour eiffel.  

Peut-être votre insécurité est-elle un moteur qui vous permet d'avancer et non un frein ? Peut-être cela vous pousse-t-il chaque jour à devenir meilleur dans votre domaine !

Alors autant l'accepter telle quelle, la remercier pour ce qu'elle vous apporte plutôt que pour ce qu'elle vous enlève.

 

Votre séance de psy est maintenant terminée, ça fera 75€. Bisous, Sigmund.