Recherche










Le Noheels, le nouveau phénomène tango venu de Berlin

par le

D'origine Allemande, les Noheels envahissent progressivement les milongas. Bien plus qu'une simple paire de chaussures de danse, c'est une véritable philosophie qui se diffuse peu à peu aux quatre coins du monde.

Venues d'Allemagne, pays déjà inventeur des génialissimes Birkenstock, ces chaussures de danse sans talons ni attaches proposent une nouvelle approche du tango. Leur nom, "Noheels", les opposent aux traditionnelles high-heels portées depuis des générations de tangueras. Finis les talons de 8cm et les douleurs aux pieds, ici le confort prime avec un pied relaché de toute contrainte. Définies par une large surface d'appui, l'accroche à la piste de danse est toujours parfaite, même sur les sols les plus glissants. Ces chaussures sont également adaptées au rôle de guideur.

Noheel de type "classico"

 

Ces chaussures si particulières marquent un rejet massif de l'image du tango traditionnel et de ses clichés. Les adeptes de cette nouvelle mode revendiquent plus de liberté dans les milongas et souhaitent voir naître une joyeuse anarchie dans les bals.

Mais l'essence même de cette nouvelle mode est de permettre une plus grande variété de figures. Il est ainsi possible de les quitter pour les retrouver ensuite quelques pas plus tard sur la piste, transformant ainsi le bal en un immense terrain de jeu !

Même les maestros internationaux ont eux aussi succombés à ce nouveau courant. Carlitos & Noélia, désormais nouveaux ambassadeurs de cette tendance, l'affirment clairement : "C'est ça le vrai Neo-Tango !". 

Ils ont d'ailleurs assuré le show au festival de Berlin en portant les modèles qu'ils ont eux même créés, les "Carlitos & Noélia Pro-models".

 Noélia & Carlitos - photo par Thomas Conte et Annabelle Buisson

 

Résultat de recherche d'images pour "chaussons licorne"
Les "Noelia Pro-model", baptisées les "Noheelia" possèdent un talon inversé pour des pivots inédits.
En exclusivité les futures "Carlitos Pro-Model", permettront un ancrage incomparable.

 

Gianpierro Galdi & Maria Filali, quant à eux ne jurent plus que par leurs "Crocs Tango Edition" les seules chaussures à leur goût qui supportent leur style exigeant. De passage pour un week-end de stage à Lyon, leur séminaire "Tango Noheels Crocs" s'est arraché : toutes les préventes ont étés écoulées en moins de 4 minutes !

Gianpiero Galdi & Maria Filali pendant le séminaire "Noheels crocs edition"

  

Pour Céline Courju, chercheuse à l'ONT de Toulouse (l'Observatoire National du Tango), c'est une révolution qui s'opère : "Les Noheels redéfinissent l'image du masculin et du féminin au tango et diffusent un message poétique et idéologique fort. En effet, les tailles de ces chaussures étant les mêmes pour plusieurs pointures (les modèles n'existent qu'en S,M,L et XL), le guideur et le guidé peuvent se les échanger pendant la danse. S'ils portent des chaussettes propres bien entendu !".

 

Il s'agit bien entendu d'un poisson d'avril et je suis sûr que vous aussi, vous vous êtes déjà mis à la mode noheels sans le savoir ! Quels sont vos modèles préférés ?